MORT DE PETER BEARD, NOTRE HOMMAGE

Peter Beard avait fait de sa vie sur le continent africain une œuvre d’art totale, alliant photographie, journaux intimes et militantisme écologiste avant l'heure. Disparu de sa maison de Long Island le 31 mars dernier, il a été retrouvé sans vie dans la nature. ''Là où il a toujours aimé vivre'' a précisé sa famille dans un communiqué. Il avait 82 ans.



Peter Beard était un artiste à part, qui a vécu sa vie et sa passion comme un personnage de roman. Héritier américain très fortuné, il était à la fois aventurier à la Hemingway, amoureux de l'Afrique, et artiste mondain new yorkais branché. Ses amis sont Andy Warhol, Francis Bacon, Truman Capote, Jackie Kennedy ou Bianca et Mick Jagger. Lorsqu'il n'est pas en Afrique dans les années 70, il est l'un des piliers du Studio 54, ou organise des fêtes dans son célèbre appartement de la 57e rue.


Photographe, collectionneur, écrivain, et artiste visionnaire, il a utilisé la photo, le dessin et le collage pour documenter un monde en voie de disparition. Support majeur de son oeuvre, son journal intime, illustré et rédigé depuis son plus jeune âge, prend un tournant sérieux à mesure de sa reconnaissance en tant qu’artiste, lui assurant une place centrale dans le monde de l’art. Son histoire d’amour avec la nature et la vie sauvage qui touche l’ensemble de son œuvre, commence dès l’adolescence. Admirateur puis ami de l’écrivaine danoise Karen Blixen, il acheta une terre au Kenya près des siennes au début des années 1960. Spectateur de l’explosion démographique du pays, de l’appauvrissement des ressources et du déclin animal – dont le massacre par dizaines de milliers d'éléphants dans un désert aux arbres rongés –, il s'en fait l'écho dans son travail, publiant des ouvrages parfois choquants, illustrés crûment et annotés à la main, parfois avec du sang.


« Si tu sais photographier les éléphants, tu ne devrais pas avoir de mal à tirer le portrait à des mannequins. »

C'est au début des années 70 qu'il devient photographe de mode, répondant au défi de Ruth Ansel, alors directrice artistique du magazine Harper's Bazaar qui lui lance : ''Si tu sais photographier les éléphants, tu ne devrais pas avoir de mal à tirer le portrait à des mannequins''. Il embarquera les mannequins stars des magazines de mode en Afrique, les faisant poser aux côtés de la faune locale dans des clichés aussi impressionnants que célèbres. A l'inverse il permit de découvrir des modèles africains, en particulier Iman, qui deviendra la femme de David Bowie.




Sa première exposition a lieu à New York en 1975 et sa côte atteint des sommets dans les années 90. En 2017, une photo de lui atteint les 672 000 $ lors d'une vente aux enchères chez Christies.



https://peterbeard.com/chronology/


Peter Beard, Nejma Beard

Editions Taschen / 770 pages

www.taschen.com

© 2020 | Vedra Marketing & Communication